Psychose infantile

Si ce bandeau n'est plus pertinent, retirez-le. Cliquez ici pour en savoir plus.

Certaines informations figurant dans cet article ou cette section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans les sections « Bibliographie », « Sources » ou « Liens externes » ().

Vous pouvez améliorer la vérifiabilité en associant ces informations à des références à l'aide d'appels de notes.

Cet article est une ébauche concernant la médecine et la psychologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Psychose infantile est une dénomination utilisée dans la classification française des troubles mentaux de l'enfant et de l'adolescent (CFTMEA) pour désigner une série de troubles psychiques de l'organisation de la personnalité et de la relation de l'enfant avec lui-même, avec l'autre et avec son monde extérieur, et qui se caractérise par une perte de contact soutenue et continue avec la réalité.

Historique

Le terme est inventé par la pédiatre psychanalyste d’origine hongroise Margaret Mahler, dans les années 1940. Elle y distingue les « psychoses autistiques » – où elle reprend la description que Léo Kanner avait faite de l'autisme infantile en 1943, et qui correspondent, pour elle, à une fixation ou à une régression au stade autistique du développement – des « psychoses symbiotiques », qui représentent, de même, une fixation ou une régression au stade symbiotique, enfin des « psychoses bénignes », un terme qu’elle abandonnera ensuite (Mahler M. 1949)[1].

Cette notion fait suite à celle de schizophrénie infantile, utilisée auparavant à la suite des travaux du psychiatre suisse Eugène Bleuler.

Auparavant, jusqu'aux travaux de Sigmund Freud et au développement de la psychanalyse, la référence était le retard de développement, calculé par la mesure de la déficience intellectuelle (calculée avec les outils de l'échelle métrique de l'intelligence de Binet et Simon). On utilisait les termes d'idiotie (qui désignait l'autisme avant l'invention de ce dernier terme), d'imbécillité, et de débilité, pour classer les différentes formes de retard mental.

Nosographie

Cette dénomination n'est plus employée que dans la classification française des troubles mentaux de l'enfant et de l'adolescent. En 1980 le concept de psychose infantile a été abandonné au plan international, en même temps qu’est apparu le terme de trouble envahissant du développement (qui regroupe l'autisme, le syndrome d'Asperger, et d'autres troubles apparentés) en 1975 dans la CIM 9 et en 1980 dans le DSM-III.[2],[3]

Pour Jean-Claude Maleval et Michel Grollier, cette notion est à différencier de l'autisme[4].

Caractéristiques générales

Il existe plusieurs caractéristiques communes entre les psychoses :

  • altération globale des capacités de communication ;
  • troubles relationnels ;
  • comportement inadapté à la réalité (retrait, repli, manque d'intérêt) ;
  • fonctionnement cognitif souvent altéré ;
  • touche plus les garçons que les filles.

Types de psychoses infantiles

Psychoses précoces déficitaires

Article détaillé : Psychose déficitaire.

Les psychoses précoces déficitaires correspondent d'emblée à des associations de troubles psychopathologiques psychotiques et d'une pathologie neuro-dégénérative pas toujours identifiables (nombreuses pathologies souvent génétiques de découverte plus ou moins récente dont le syndrome de Rett).

Psychoses maniaco-dépressives précoces

Les psychoses maniaco-dépressives précoces peuvent toucher l'enfant dès l'âge de cinq ou six ans. Les épisodes en particulier maniaques sont difficilement repérables dans une hypomanie d'allure chronique, ils sont souvent confondus avec une instabilité psychomotrice rebelle aux thérapeutiques classiques (méthylphénidate et autres) où la logorrhée inextinguible et l'élation devrait permettre de corriger le diagnostic et la thérapeutique.

Autisme infantile et troubles autistiques

Leo Kanner, en 1943, décrit le premier autisme infantile, qui est parfois vu comme la forme la plus archaïque et typique des psychoses infantiles, mais ce point de vue est contesté aussi bien dans le champ psychologique que par des associations de parents d'enfants autistes.

Autres psychoses infantiles

Les autres psychoses de la seconde enfance débutent après l'âge de deux ans ; jusque-là le développement de l'enfant est normal.

Critiques

Franck Ramus estime qu'un diagnostic de psychose infantile est souvent posé, en France, à des enfants qui selon les critères diagnostiques internationaux devraient être reconnus autistes[5].

Notes et références

  1. Jacques Hochmann, « Histoire et actualité du concept de psychose de l'enfant », L'information psychiatrique, vol. me 86,‎ , p. 227–235 (ISSN 0020-0204, DOI 10.3917/inpsy.8603.0227, lire en ligne, consulté le ).
  2. (en) James C. Harris, Developmental Neuropsychiatry, , 624 p. (ISBN 978-0-19-513111-6, lire en ligne), p. 184.
  3. http://www.craif.org/6-generalites.html
  4. Jean Claude Maleval et Michel Grollier, « Extension du spectre de l’autisme », L'Évolution Psychiatrique, vol. 80, no 4,‎ , p. 764–781 (DOI 10.1016/j.evopsy.2014.05.011, lire en ligne, consulté le )
  5. « Les psychanalystes français distinguent-ils vraiment l'autisme de la psychose infantile? / Ramus méninges », sur Ramus méninges, (consulté le ).

Annexes

Articles connexes

Bibliographie

  • [Habimana et al. 1999] E. Habimana et al., « Les schizophrénies infantiles », dans Psychopathologie de l'enfant et de l'adolescent, Montréal, Gaëtan morin éditeur, , p. 383
v · m
Nosographie de l’autisme
DSM-IV Autism Awareness Ribbon.png
CFTMEA
CIM-10
DSM-5
Dénominations hors classifications
Appellations abandonnées
v · m
(F00-F09) Troubles mentaux organiques, y compris les troubles symptomatiques
Démence
Autres
(F10-F19) Troubles mentaux et du comportement liés à l'utilisation de substances psycho-actives
(F20-F29) Schizophrénie, schizotype et délire
(F30-F39) Troubles de l'humeur
(F40-F48) Troubles névrotiques, troubles liés à des facteurs de stress et troubles somatoformes
Troubles anxieux
Stress et adaptation
Trouble somatoforme
Troubles dissociatifs (de conversion)
Autres
(F50-F59) Comportements associés à des perturbations physiologiques et à des facteurs physiques
Troubles des conduites alimentaires
Troubles du sommeil non organiques
Dysfonctionnement sexuel
Autres
(F60-F69) Troubles de la personnalité et du comportement chez l'adulte
Trouble de la personnalité
Identité et préférence sexuelle
Autres
(F70-F99) Troubles mentaux diagnostiqués à l'enfance
(F70-F79)
Retard mental
  • Léger (QI de 50 à 69)
  • Moyen (QI de 35 à 49)
  • Grave (QI de 20 à 34)
  • Profond (QI au-dessous de 20)
(F80-F89)
Troubles du développement
(F90-F98)
Troubles émotionnels et du comportement
  • icône décorative Portail de la médecine
  • icône décorative Portail de la psychologie